Page 1 sur 1

Démystifions les oisillons indigènes (sauvages)

Posté : Lun Mai 28, 2012 11:10 pm
par Jojo
Texte tiré du forum-perroquet : http://www.forum-perroquet.com/post379647.html#379647

Marie-T a écrit :À ce temps ci de l’année, les chances que vous rencontriez un oisillon sauvage par terre sont grandes. Sachez que ce petit être sans défenses n’est pas nécessairement en détresse et que vous risquez de faire plus de tors que de bien en tentant d’intervenir. Dans la plupart des cas, ils mourront si vous tentez de vous en occuper.

Ici, en Amérique du nord, les oisillons ont peu de temps pour grandir et être prêts pour la saison froide ou la migration, dépendant de l’espèce. Le nid devient vite trop petit. Les oisillons emplumés qui sautent hors du nid et se retrouvent par terre ne sont pas en perdition. Les parents sont toujours là pas loin et viennent les nourrir. C’est le début de leur apprentissage à voler et il est certain qu’ils ne sont pas très bons les premiers jours.

Quand vous voyez un tel oisillon, laissez-le là où il est. Si vous en avez le temps, éloignez-vous et observez à distance. Vous verrez qu’un des parents viendra le nourrir. Il lui apprendra aussi à se cacher pour la nuit dans les buissons ou des haies denses.

Si par contre, vous trouvez un oisillon sans plumes, la première chose à faire est de regarder en hauteur et tenter de localiser le nid d’où il est tombé. Une fois le nid localisé, trouvez une façon de l’y remettre. (Il est faux de croire que les parents le rejetteront si vous l’avez touché, ils n’ont pas d’odorat et ceci est un mythe) Si le nid est vraiment inaccessible, contactez un centre de réhabilitation d’oiseaux sauvages et amenez le aussi vite que possible. Les gens du centre vous diront quoi faire en attendant qu’ils le prennent en charge.

N’essayez surtout pas de le nourrir vous-même sans l’aide d’un expert. Nourrir un oisillon sauvage n’est pas une mince affaire. Ils sont pour la plupart nourris d’insectes et ce aux 15 minutes environ. Je vous répète que les oisillons indigènes doivent grandir très vite et cela implique des quantités de nourriture astronomiques considérant la taille de la petite chose. Les chances qu’il meurt dans les heures ou les jours qui suivent sont énormes. C’est un travail à plein temps de s’acquitter d’une telle tâche.

S’il n’y a pas de centre à une distance raisonnable de chez-vous et que vous êtes absolument certain que l’oisillon est en difficulté, vous pouvez lui donner de la nourriture pour chaton que vous aurez imbibé d’eau. À l’aide d’une pince à sourcils ou pince à bout rond si vous en avez, caressez-le à la commissure du bec avec la nourriture tiède que vous tenez avec la pince. Il ouvrira le bec et vous y insérez la nourriture. Des insectes, c’est encore mieux. Il se peut que vous deviez lui ouvrir le bec pour les premières rations. Continuez à faire des recherches pour trouver un centre de réhabilitation. Mettez-le dans une petite boite avec au fond, un linge ou de la paille pour lui faire un nid douillet. S’il n’est pas emplumé, recouvrez-le pour le garder chaud.

Liste ressource région de Montréal

Le Nichoir ; 637, main road, Hudson 450-458-2809

Refuge avicole de la Montérégie; (Christina Morris) St. Clet 450-456-3167

UQROP; 514-345-8521 ext : 8427 ou 450-773-8521 ext : 8545
Union Québécoise pour la réhabilitation des oiseaux de proie. Clinique des oiseaux de proie, Faculté de médecine vétérinaire, Université de Montréal. St.Hyacinthe.

CRIB : 450-467-2375 Care and rehabilitation of injured birds ( Anne-Marie Roth) Mont St Hilaire (specialisés en oiseaux de proie et chauve- souris)

CRAL : 450-530-7952 Centre de réhabilitation de la faune aviaire des Laurentides Prévost

Laurentian Wildlife Center : 450-966-6140 Dominic Lalonde, Accepte oiseaux sauvages. Pas d’oiseaux de proie. Mascouche

Si vous êtes d’une autre région au Québec ou ailleurs, et que vous connaissez ce genre de centre, veuillez s’il vous plait nous en faire part. Nous recevons énormément d’appels mais ne pouvons diriger tout le monde au bon endroit par manque d’information.
Merci !

Re: Démystifions les oisillons indigènes (sauvages)

Posté : Dim Juil 30, 2017 12:06 pm
par Freudd02
Jojo a écrit :Texte tiré du forum-perroquet : http://www.forum-perroquet.com/post379647.html#379647

Marie-T a écrit :À ce temps ci de l’année, les chances que vous rencontriez un oisillon sauvage par terre sont grandes. Sachez que ce petit être sans défenses n’est pas nécessairement en détresse et que vous risquez de faire plus de tors que de bien en tentant d’intervenir. Dans la plupart des cas, ils mourront si vous tentez de vous en occuper.

Ici, en Amérique du nord, les oisillons ont peu de temps pour grandir et être prêts pour la saison froide ou la migration, dépendant de l’espèce. Le nid devient vite trop petit. Les oisillons emplumés qui sautent hors du nid et se retrouvent par terre ne sont pas en perdition. Les parents sont toujours là pas loin et viennent les nourrir. C’est le début de leur apprentissage à voler et il est certain qu’ils ne sont pas très bons les premiers jours.

Quand vous voyez un tel oisillon, laissez-le là où il est. Si vous en avez le temps, éloignez-vous et observez à distance. Vous verrez qu’un des parents viendra le nourrir. Il lui apprendra aussi à se cacher pour la nuit dans les buissons ou des haies denses.

Si par contre, vous trouvez un oisillon sans plumes, la première chose à faire est de regarder en hauteur et tenter de localiser le nid d’où il est tombé. Une fois le nid localisé, trouvez une façon de l’y remettre. (Il est faux de croire que les parents le rejetteront si vous l’avez touché, ils n’ont pas d’odorat et ceci est un mythe) Si le nid est vraiment inaccessible, contactez un centre de réhabilitation d’oiseaux sauvages et amenez le aussi vite que possible. Les gens du centre vous diront quoi faire en attendant qu’ils le prennent en charge.

N’essayez surtout pas de le nourrir vous-même sans l’aide d’un expert. Nourrir un oisillon sauvage n’est pas une mince affaire. Ils sont pour la plupart nourris d’insectes et ce aux 15 minutes environ. Je vous répète que les oisillons indigènes doivent grandir très vite et cela implique des quantités de nourriture astronomiques considérant la taille de la petite chose. Les chances qu’il meurt dans les heures ou les jours qui suivent sont énormes. C’est un travail à plein temps de s’acquitter d’une telle tâche.

S’il n’y a pas de centre à une distance raisonnable de chez-vous et que vous êtes absolument certain que l’oisillon est en difficulté, vous pouvez lui donner de la nourriture pour chaton que vous aurez imbibé d’eau. À l’aide d’une pince à sourcils ou pince à bout rond si vous en avez, caressez-le à la commissure du bec avec la nourriture tiède que vous tenez avec la pince. Il ouvrira le bec et vous y insérez la nourriture. Des insectes, c’est encore mieux. Il se peut que vous deviez lui ouvrir le bec pour les premières rations. Continuez à faire des recherches pour trouver un centre de réhabilitation. Mettez-le dans une petite boite avec au fond, un linge ou de la paille pour lui faire un nid douillet. S’il n’est pas emplumé, recouvrez-le pour le garder chaud.

Liste ressource région de Montréal

Le Nichoir ; 637, main road, Hudson 450-458-2809

Refuge avicole de la Montérégie; (Christina Morris) St. Clet 450-456-3167

UQROP; 514-345-8521 ext : 8427 ou 450-773-8521 ext : 8545
Union Québécoise pour la réhabilitation des oiseaux de proie. Clinique des oiseaux de proie, Faculté de médecine vétérinaire, Université de Montréal. St.Hyacinthe.

CRIB : 450-467-2375 Care and rehabilitation of injured birds ( Anne-Marie Roth) Mont St Hilaire (specialisés en oiseaux de proie et chauve- souris)

CRAL : 450-530-7952 Centre de réhabilitation de la faune aviaire des Laurentides Prévost

Laurentian Wildlife Center : 450-966-6140 Dominic Lalonde, Accepte oiseaux sauvages. Pas d’oiseaux de proie. Mascouche
meilleur crédit
Si vous êtes d’une autre région au Québec ou ailleurs, et que vous connaissez ce genre de centre, veuillez s’il vous plait nous en faire part. Nous recevons énormément d’appels mais ne pouvons diriger tout le monde au bon endroit par manque d’information.
Merci !

Merci beaucoup pour le partage