Les mésaventures de mon petit Wiwi

-Témoignages de gens touchés par cette cause qu'est celle des oiseaux perdus/trouvés/volés. Cette section est également réservée aux gens qui auraient des remerciements à faire aux bénévoles de ce site, qui auraient mené aux retrouvailles de propriétaires d'oiseaux entre autres.
-Testimonies of people affected by this cause involving lost/found/stolen birds. This section is also reserved for people who would like to thank the volunteers who have led to bird owners reunion among others.
Avatar de l’utilisateur
Jojo
Site Admin
Messages : 70111
Enregistré le : Mer Juin 16, 2010 10:37 pm
Localisation : Montérégie
Contact :

Les mésaventures de mon petit Wiwi

Messagepar Jojo » Lun Avr 15, 2019 9:50 pm

Image

Présentation :
Je m’appelle Darcie et suis l’heureuse propriétaire d’un merveilleux cockatiel de 7 ans nommé Whippet, Wiwi pour les intimes. Les sept dernières années en compagnie de ma petite boulette de plumes ont été super et sans problème majeur. Je l’ai eu très petit, quelques 6-7 semaines si ma mémoire est bonne, il n’était même pas sevré encore et je devais le nourrir à la seringue, donc vous pouvez imaginer le lien qui s’est créé entre lui et moi et qui n’a cessé de se renforcir au fils des ans. N’ayant pas d’enfant, il a une place très mais là TRÈS importante dans ma vie, quand j’en parle, je dis « mon fils » ou « mon garçon ». Bref, vous voyez le genre?

L’histoire de la fugue de mon garçon :
Dimanche le 17 mars 2019, était une journée comme les autres, un dimanche où je préparais ma routine du lundi, je ne me doutais aucunement de ce qui se préparait. Ma belle-mère était chez moi, elle était arrêtée prendre un café, vers 18h30, elle était sur son départ, on s’est dit nos au revoir, la porte s’est ouverte, mon coco s’est alors envolé à la vitesse grand V vers l’ouverture qui venait de se créer pour l’extérieur… Oh mon dieu!!! Je n’arrivais pas à y croire… Je suis sortie en panique sans même prendre la peine de mettre un manteau, pleurais et hurlais son nom. Je voyais bien qu’il est autant sinon plus paniqué que moi mais je n’arrivais pas à garder mon sang-froid. La seule chose que je me répétais c’est « il fait froid, il va mourir! ». Plus je courais après, plus il s’envolait haut. J’avais peur, si peur. Puis, on l’a perdu de vue. Je me suis dit « Ça y est, je l’ai perdu, je ne le reverrais plus jamais! ». Je continue de marcher dans les rues en l’appelant et sifflotant avec les larmes qui inondent mon visage. « Kuik Kuik Kuik!!! » « C’est mon garçon!!! » On essayait de le localisé sans y arrivé, on l’entendait mais ne le voyait pas. Puis tout d’un coup il m’est passé au-dessus de la tête sans savoir comment redescendre vers moi, puis je ne l’ai plus revu, c’était la dernière fois que je l’ai vue dimanche. La noirceur s’était tranquillement installée et la température chutait considérablement. Je ne pouvais m’empêcher de me dire que si je ne le trouvais pas avant de rentrer, je ne le reverrais plus jamais! Plusieurs amis et voisins sont venu nous donner un coup de main… Les heures passaient et toujours aucune trace de mon coco. 20h, 21h, 22h… 23h j’ai décidé de rentrer. J’ai tellement pleuré cette nuit là que quand je me suis levée au petit matin mes yeux étaient si enflés que j’avais peine à les laisser ouvert. J’ai demandé à mon conjoint d’aller faire un tour et que s’il le trouvait mort de ne pas me le dire, parce que j’aimais penser qu’il n’avait pas souffert et qu’une âme charitable l’avait recueilli et qu’il était au chaud et en sécurité. J’avais fait un appel à la page Spotted de ma région et puis quelqu’un m’a dit d’appeler Perroquet Secours, ce que j’ai fait immédiatement. C’est là que j’ai appris qu’un cockatiel était beaucoup plus résistant que ce que j’avais imaginé. Je me suis habillée et suis sortie pour aller à sa recherche, j’ai fait le tour en voiture des rues avoisinantes, les fenêtres baissées en sifflant et en appelant son nom… Deux minutes plus tard je l’ai vue… Je n’en croyais pas mes yeux. Je pleurais de joie. Il s’est envolé vers un grand sapin… On l’entendait mais on ne le voyait pas, même avec des jumelles on n’arrivait pas à le localiser dans ce grand conifère. Il était 12h30… Sous les bons conseils de Perroquet Secours, je me suis installée à quelques mètres de l’arbre avec ses friandises préférées, en lui parlant continuellement. Beaucoup de gens sont venu m’aider cette journée-là. 13h, 14h, 15h, 16h, 17h, 18h… Mes espoirs de le récupérer avant la fin de la journée diminuaient avec le soleil qui descendait dans le ciel, mais encore là Perroquet Secours a su se faire rassurant, les cockatiels ne volent pas après le coucher du soleil sauf en cas d’extrême urgence… Juste avant que le soleil ne s’éteigne complètement, mon Wiwi pris son envol dans un vent de panique, j’essayais tant bien que mal de le suivre des yeux comme on me le conseillait mais hop il est disparu dans les sapins de la rue voisine. J’ai continué de me promener ce soir-là, je savais que je ne le capturais pas mais je voulais quand même essayer de le localiser pour me faciliter la tâche le lendemain matin. Il commençait à se faire tard j’ai donc remercié les gens qui étaient avec moi et je leur ai dit que je reprendrais mes recherches le lendemain matin vers 6h. Mardi matin, je me suis levée très tôt, j’ai avalé mon déjeuner en vitesse et c’était repartie pour une deuxième journée de recherche. On la encore une fois localisé assez rapidement dans un autre sapin où il n’est pas resté très longtemps, c’était reparti pour une partie de « Où est Whippet », on l’a trouvé dans un sapin de la rue voisine. Wiwi aime bien les sapins on dirait bien… Le même problème persiste, il est haut dans le foutu sapin et refuse de redescendre. Puis la propriétaire est sortie pour me poser plein de question, elle est retournée chez elle pour ressortir avec une échelle en me disant « Je vais aller te le chercher ton oiseau ». Je me disais qu’il allait s’en fuir dès qu’elle s’en approcherait, et bien non! Elle a réussi à le redescendre avec elle. Je l’ai pris, mis dans sa cage et je suis partie rapidement chez le vétérinaire.

L’aftermath
Chez le vétérinaire, on m’a dit que son niveau hydratation était inquiétante et qu’il était en choc. Il avait une petite coupure au doigt principale de la patte droite mais ce n’est pas ce qui les inquiétaient. Ils me l’ont pris, et je suis repartie chez moi, les mains vides et le cœur gros. On me rappelle un peu plus tard pour me dire qu’il était préférable que je le laisse là-bas pour la nuit, parce que son état n’était pas adéquate encore, il est resté aussi mercredi, jeudi et je suis allée le chercher vendredi soir. Là on m’a expliqué qu’il avait été réhydraté et qu’il allait mieux mais que son doigt semble avoir une engelure finalement. Je suis repartie à la maison avec 4 traitements différents. Il ne laissait pas son doigt tranquille deux minutes, mais le vétérinaire était fermé la fin de semaine, donc je me suis retrouvée seule devant un oiseau dans un piteux état sans savoir quoi faire. Lundi matin dès l’ouverture de la clinique j’ai appelé et leur ai expliqué qu’il jouait sans cesse avec son bobo et que je ne savais pas quoi faire avec. On m’a immédiatement fixé un rendez-vous, je m’y suis rendu et là on me parlait d’infection… Je suis repartie avec un nouveau traitement, des antibiotiques… Pas évident de donner trois différents médicaments oraux, de faire de l’hydrothérapie et le crèmer plusieurs fois par jour. Quelques jours plus tard, son doigt désenflait bien et tout semblait enfin se placer. Pourtant le lundi suivant, j’ai remarqué que l’enflure revenait de plus belle… Encore une fois, dès l’ouverture de la clinique, j’ai téléphoné, le vet m’a demandé des photos et m’a promis de me rappeler d’ici la fin de la journée. Vers 17h le téléphone a sonné, les nouvelles n’étaient pas bonnes et c’est à ce moment qu’on m’explique que sans amputation ses chances sont minces. L’amputation a eu lieu le jeudi après-midi et dès le soir même j’ai pu le récupérer. Tout était mieux dès le premier instant où je l’ai mis dans ma voiture. Rentré à la maison, il a mangé, beaucoup mangé, il a fait sa toilette et il m’a chanté la pomme. Je retrouve enfin l’oiseau qu’il était avant tout ça. Il est actuellement à la maison et se remet tranquillement de son opération. Toujours avec la médication mais d’ici deux semaine tout devrait être rentré dans l’ordre.

Mille merci au merveilleux organisme qu’est Perroquet Secours!
Jojo
Présidente Perroquetsecours
Image

Retourner vers « Témoignages et livre d'or (Testimonial and guestbook) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité